032

Entracte finie, tout le monde rejoint sa place.

Le public tape des mains et scande « Michèle, Michèle ». L’orchestre de Richard Gardet joue l’intro, la musique se fait plus douce et nous reconnaissons la chanson que va nous interpréter Michèle.

 Elle arrive sur scène toute souriante, éclatante de bonheur, dans une belle robe en mousseline rouge agréméntée d’une ceinture noire .

Son tour de chant commence avec « JE NE VEUX CHANTER QUE L’AMOUR », elle enchaine avec une chanson que nous n’avions pas entendue depuis un moment « MIGNIGHT BLUE »

 A la fin de la chanson MICHELE parle au public :

Bonsoir

Très heureuse d’être ce soir dans cette salle de concert où des légendes du music’hall, ont fait leurs débuts. Ce spectacle je l’ai voulu intimiste encore plus proche de vous, et pour ces moments d’intimité, plus prés de vous, cœur à cœur, je me devais de faire appel a un grand monsieur,061 Mr Guy Mattéoni au piano et Mlle Céline Porron au violon.

Cette chanson a été crée en 1941 par Léo Marjane, et toutes les femmes seules qui attendaient leur mari prisonnier la chantais :

               « JE SUIS SEULE CE SOIR »

Cette chanson est divinement bien interprétée par Michèle et l’on ressent une grande émotion sur la scène comme dans le public. La foule debout fait une standing ovation à l’artiste.

 Ils disent à Michèle « que vous êtes belle dans cette robe » et elle leur répond « c’est pour vous que j’ai choisie une robe ».

 Michèle dit : elle est signée Charles Dumont et Edith Piaf et elle est terriblement moderne :

           « T’ES L’HOMME QU’IL ME FAUT »

 S’en suit : un petit clin d’œil aux années 60, un pensée particulière pour l’ami qui m’a fait le cadeau de cette chanson, mon ami C Jérôme

                                      « DISCOMOTION « 

071

 

Comments are closed.