Le rideau rouge est fermé mais nous entendons les notes langoureuses d’un violon, la tension monte dans le public, soudain le rideau s’ouvre et nous découvrons Céline Porron et son violon, le talentueux orchestre de Mr Guy Mattéoni le maestro et deux charmantes choristes. Les notes de DIVA emplissent la salle, nous retenons notre souffle et notre DIVA arrive dans toute sa splendeur avec un large sourire aux lèvres, vêtue d’un pantalon noir avec un haut pailleté et une jolie redingote noire.                    Elle nous interprète donc

« DIVA » de Georges Chelon et Alice Dona

Elle salue le public et leur dit : Bonsoir, Merci d’être là, le choix était difficile, aujourd’hui beaucoup de mes amis ont choisi de continuer à chanter, à rêver et à sourire. Pour ma part c’est définitif « Je ne veux chanter que l’amour », et elle enchaîne avec cette belle chanson de Guy Mattéoni.

Puis s’ensuive des chansons plus connues :

Le Pont de Courthézon »

« T’es l’homme qu’il me faut » d’Edith Piaf sur des accords de blues

« Discomotion » clin d’œil aux années 60

« A mon père » en hommage à son papa

Puis elle nous parle : Je vous le disais au début de ce spectacle c’est définitif je ne vais chanter que l’amour, pas seulement l’amour entre deux êtres mais

« Tout l’amour du monde »

Cette chanson écrite par Michèle dit « prenons nous la main » et au milieu de la chanson les premiers rangs se sont levés se tenant par la main pour ne former qu’un seul cœur, c’était une vraie communion, un moment de partage. La chanson finie, toute émue, Michèle a regardé le public en leur disant « C’était beau ».

 

Comments are closed.