mt_olympia1982_550x475

Michèle TORR ou le triomphe de la sensualité
par Géraldine Calbete – Centre France 2003

« Elle a le visage d’un ange et la voix du diable. Cette voix si particulière, à la fois langoureuse, caressante et puissante, aux accents rauques et veloutés, à la tonalité douce-amère qui émane des tréfonds de son être. Michèle TORR possède une attraction presque animale qui vous prend au ventre et vous donne le vertige dans une envolée quasi mystique.

Ce qui fait la force de cette artiste hors du commun, c’est sa personnalité, un mélange de fragilité et de glamour flamboyant. Elle est femme avant d’être interprète. Durant tout son concert « les notes caressent les mots, elle a le cœur au bord des lèvres, tendu vers les bravos ». Derrière son regard bleu acier, on devine ses fêlures. Au travers de ses chansons, elle se livre, lentement, prudemment, doucement. Avec une émotion bouleversante elle se paie même le luxe de reprendre le monumental « Non je ne regrette rien » de la mythique Edith PIAF. Son interprétation de ce standard, n’ayant d’ailleurs, dussent les esprits chagrins et les puristes hurler à l’hérésie, au sacrilège et au blasphème, rien à envier à l’original.

mt_roseblanche_357x475Durant tout le spectacle, Michelle TORR montre qu’elle « aime son public jusqu’à la déchirure ». Elle a atteint l’inaccessible étoile, celle qui brille au firmament de l’amour et du talent, loin des comètes filantes et éphémères formatées pour des tubes d’un jour. Le public en transe, l’acclame par une « standing ovation » et essuie une larme.

C’était un show d’une beauté, d’une grâce et d’une pureté rares, riche de toutes les émotions primales qui font l’être humain. « Il y avait dans ce rendez-vous quelque chose de divin ». Michèlle TORR chante l’amour, la passion, la rupture, le don de soi… Ce qui est sûr, c’est que ce brillant gala nous a été donné par une véritable star, et s’il y a dans ce mot un peu de paillettes, il y a surtout beaucoup d’amour. Si du jardin des cieux, au milieu des roses blanches, sa douce maman la regarde, elle a tout lieu d’être fière de sa fille…»

Comments are closed.